Dimanche 27 janvier 2008 à 22:02

Demain quand tu te réveilleras tous les "eux" seront partis. Disparus. Envolés. Peut-être que tu ressentiras alors un immense soulagement causé par le vide. Ces eux qui te démolissent et te labourent le coeur à force d'être là, d'être ailleurs, de t'aimer, de te haïr. Tu te lèveras, marcheras un peu et à la descente de l'escalier, dans l'entrée, ton reflet aperçu dans le grand miroir te laissera complétement indifférente. Et ce pour la bonne et simple raison que désormais personne ne sera en mesure de voir cette image, personne à part toi. En sachant que toi ça n'est pas important. Les choses deviendront faciles, les minutes feront soixante secondes et elles ne paraîtront plus jamais en faire parfois soixante et une, parfois cinquante-neuf. Un temps mobile mais réglé comme du papier à musique. Une musique calme et sans surpise. Qui vient naturellement. Comme ces chansons qu'on ne pense pas connaître mais dont les paroles nous viennent sans effort. Tu seras ainsi. Tu seras sans effort. Juste, il est possible que le froid te touche encore. Histoire que tu ne deviennes pas totalement insensible. T'auras toujours de quoi te faire un petit coin à toi. Tu te rendras compte que ce coin n'est rien mais il sera là. En même temps, ça ne changera pas grand chose à ce que tu as connu. Des bras vides alors que tu étais à l'intérieur. Tu en auras terminé dans ta recherche de la personne entière. Tu réaliseras que tu ne l'étais plus depuis longtemps. Et que c'est probablement pour ça que tu n'as pas trouvé.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lagrandemymy.cowblog.fr/trackback/2422414

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast